Ad Limina | Mgr Kockerols nous partage son sentiment

Mgr Kockerols nous partage son sentiment après son retour du voyage Ad Limina à Rome

Au terme d’un pèlerinage plusieurs fois remis, les évêques belges se sont rendus ensemble à Rome dans la semaine du 21 au 27 novembre 2022, pour leur traditionnelle visite « ad limina apostolorum ». Un voyage à Rome qui est pensé et vécu comme un vrai pèlerinage.

Un pèlerinage

C’est une marche ou une démarche où l’on se lève tôt, chaque jour que Dieu fait, sans hésiter car il faut se remettre en route. Les temps de répit ou de repos sont nécessaires mais parfois rares. Le chemin est fait d’heureuses rencontres autant que de tronçons délicats ou lassants. Le soir, on arrive fatigué à l’étape. Il en va ainsi quand on se rend à Rome pour rendre compte de la vie de l’Eglise locale. Peu de répit. Joies et peines se côtoient. Il y a des cardinaux qui écoutent avec empathie et d’autres qui, à première vue, ne comprennent pas grand-chose. 

« Ad limina apostolorum »

Nous sommes allés prier sur la tombe de Pierre et Paul. C’est là qu’ils ont rendu témoignage de leur foi au Christ. Jusqu’à donner leur vie. Ils étaient si différents et s’étaient parfois fâché l’un avec l’autre. Et pourtant : ici, ils sont célébrés et vénérés ensemble. Profonde émotion de prier là, précisément là. Les lieux, même chargés de marbre et de dorures, parlent, si l’on regarde au-delà. Prier ensemble. Prier les uns pour les autres. Prier pour nos Eglises locales, pour nos prêtres et tous nos collaborateurs. Prier pour le monde.

Le collège apostolique

Est-ce par hasard que nous étions onze ? Étrange équipée, au cours de laquelle nous nous sommes parfois découverts. Attendre celui qui est en retard… ou même l’oublier sur la route. Laisser l’un exprimer ce qui brûle en lui. Accepter le silence ou la fatigue de l’autre. Se réjouir ensemble, s’inquiéter ensemble, pour ensuite retourner chacun dans son Eglise. Il devait en être ainsi de ces pêcheurs quelconques que Jésus avait appelé à le suivre.

Auprès de Pierre

Et de ses successeurs, eux aussi aux portraits si contrastés. C’est désormais pour François que le Christ prie : « afin que ta foi ne disparaisse pas. Toi, affermis tes frères » (Lc 22,32). Nous l’avons longuement rencontré, ce successeur de Pierre. Un corps de vieillard. Un esprit et surtout un cœur de jeune homme. Plein de rêves et d’espérance. A l’écoute de ses frères, pour les encourager, les affermir. Quelle grâce !

« Praedicate evangelium »

Ce texte promulgué par le Pape indique désormais la méthode et le but de cette Curie romaine tant décriée, crainte, voire honnie. Nous avons rencontré des hommes et… des femmes responsables, avec un engagement fort et une volonté de servir qui impressionne. Heureuse Eglise qui peut compter sur des gens comme ça. Nous laisserons de côté les quelques autres qui vivent dans un autre monde. Ils comprendront un jour.

Au centre pour aller annoncer l’Evangile aux Nations, aux périphéries

Même au centre du centre, tel ce curé franciscain de la paroisse S. Pierre au Vatican, il y a des personnes qui ont compris que nous n’aurons jamais fini de nous convertir et que notre pèlerinage est en réalité un long chemin à la rencontre du Christ. Qui est notre centre… en nous attendant au loin.

« Allez, dans la paix du Christ »

Nous sommes partis à Rome avec parfois beaucoup d’appréhension. Nous en revenons avec le cœur joyeux, dans la paix, avec tant de grâces reçues. Mais en n’oubliant pas que la grâce reçue implique toujours une mission confiée. Amen.

+Jean Kockerols

Double retour en images ci-dessous :