RTBF | Podcast : Le mystère du Saint Suaire de Turin

L’Heure H
Le mystère du Saint Suaire de Turin

 

Vous êtes fasciné par les mystères historiques et religieux ? Alors, ne manquez pas notre dernier podcast dédié au mystère du Saint Suaire de Turin,cette relique qui a suscité fascination, dévotion et controverse depuis des siècles.

Dans cette édition spéciale,Jean-Louis Lahaye retrace intégralement l’histoire du Saint Suaire, du contexte de sa découverte à ses mystères fascinants. Plongez dans l’histoire de Turin, une ville qui célèbre les 400 ans de sa magnifique cathédrale, et suivez les pas du chevalier Secondo Pia, un pionnier de la photographie du XIXe siècle.

Le 29 mai 1898, à minuit, quelque chose d’extraordinaire s’est produit sous les étoiles de Turin. Découvrez comment la science et la foi se sont entremêlées dans une révélation époustouflante du Saint Suaire.

Pour écouter ce podcast captivant, rendez-vous sur RTBF Auvio et plongez dans l’histoire de cette relique sacrée et de son mystère énigmatique.

 

©satemkemet

synopsis

Nous sommes à Turin. La ville du nord de l’Italie, cette année, fête les 400 ans de sa sublime cathédrale. La nuit, noire et intense, est tombée sur la cité et les gens dorment paisiblement. Un léger vent, frais, agréable, circule entre les coursives et les gargouilles. Non loin de l’édifice, dans un appartement transformé en studio de photographie, le chevalier Secondo Pia, avocat mais aussi pionnier photographique, est en train de développer des négatifs. Voilà déjà deux fois qu’il va prendre des clichés du Suaire de Turin, splendide pièce de tissu qui abriterait la sudation du Christ après son martyr sur la Croix.

L’homme, dont la moustache vient manger les lèvres, est concentré. L’opération est périlleuse. Il ne sait pas, à vrai dire, quel résultat il peut bien en attendre. Les traces du corps sont visibles sur le suaire certes, mais elles sont si légères que l’on pourrait penser que Jésus l’a seulement frôlé. Certains pensent que c’est un faux, une simple peinture dont les traits sont les seules traces qui attestent de son vieillissement. Secondo Pia, lui, est de ceux qui pensent que la frontière entre la science et la croyance est fine. Mieux, que parfois, elles peuvent se mêler, l’une à l’autre.

Dehors, les étoiles sont belles et la voie lactée scintille. Il est avec le Père Salaro et le lieutenant Fino, qui l’accompagnent. La plaque représentant ce qu’il a photographié se dévoile à eux, après une attente aussi longue qu’haletante. Ils ne vont pas être déçus. Ce soir, sous les étoiles, c’est le Christ qui va se révéler à eux. Nous sommes le 29 mai 1898, il est tout juste minuit dans l’obscurité printanière. Et c’est l’heure H de mon histoire.