Ordination sacerdotale de C. Lourdhusamy | Signe, sacrement et synode

Lors de la fête du Christ-Roi, le 21 novembre dernier, Christhuraja Lourdhusamy a été ordonné prêtre dans la cathédrale Saint-Rombaut par le cardinal Jozef De Kesel en présence d’un public bien fourni.

Portrait du nouveau prêtre

Christhuraja Lourdhusamy (32 ans), né à Kalugumalai (état du Tamil Nadu en Inde), est le plus jeune fils d’une famille de trois enfants. Il a été envoyé à l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles par l’évêque du Diocèse de Palayamkottai (Inde) et vit à Louvain depuis février 2015.

Le futur prêtre a grandi dans un environnement multiculturel et a découvert la foi chrétienne dans le cadre familial dès son enfance. La figure de Mère Teresa – aujourd’hui canonisée – a été pour lui une importante source d’inspiration, en particulier son grand dévouement aux pauvres de Calcutta.

Christhuraja est rentré au séminaire en 2006. Le 15 décembre 2019, il a été ordonné diacre.
Fin 2014, son évêque lui demande de poursuivre ses études à Malines-Bruxelles. Après une formation en théologie et des études de langues, il s’est familiarisé avec le large éventail d’activités pastorales en Flandre et à Bruxelles. Le diacre a travaillé plusieurs mois au service pastoral de l’UZ Gasthuisberg, a connu la vie paroissiale à l’UP d’Anderlecht (église Notre-Dame de la Joie) et dans une paroisse de Vilvorde (Notre-Dame de Bonne Espérance). Il poursuit actuellement un master de recherche avancée en théologie systématique à la KU Leuven et,  en parallèle, il découvre la situation pastorale dans les paroisses de Boortmeerbeek et Keerbergen.

Authenticité et diversité

Dans son homélie, le cardinal De Kesel a souligné que la fête du Christ-Roi a été instituée en 1925. C’était une époque où l’Église avait beaucoup de mal à accepter que la société évolue. Elle se sent menacée, essaie de gagner le plus de terrain possible et résiste à cette culture moderne. Aujourd’hui, nous ne célébrons plus le Christ-Roi dans cet esprit. Nous sommes devenus une Église sans pouvoir, mais précisément à cause de cela une Église en quête d’une plus grande authenticité. Par son éducation et sa formation au séminaire, par ses études à la Faculté et surtout par ses stages, Christhuraja a appris à connaître cette situation et à la comprendre de mieux en mieux.

Le Cardinal rajoute : « C’est si important et je vous en suis reconnaissant, reconnaissant envers tous ceux qui vous ont aidé et guidé dans ce sens. C’est précisément sur la base d’une bonne intégration que vous pourrez – en partant de votre propre milieu, de votre propre tradition et culture, de tout ce que vous avez reçu de vos parents et de votre famille et de l’Église en Inde – tendre vers cette quête de plus d’authenticité. C’est tellement enrichissant, non seulement pour la société mais aussi pour l’Église en Flandre, de recevoir des chrétiens d’ailleurs. »

« Devenez le signe et le sacrement du Christ, mais pas le Christ lui-même »

Le cardinal a également expressément demandé aux prêtres ordonnés d’être serviteurs du Christ en toutes choses : « Cher Christhuraja, par l’imposition des mains et l’invocation du Saint-Esprit, vous deviendrez bientôt berger et pasteur dans l’Église. Dans tout ce que vous dites et faites, vous devenez le signe et le sacrement du Christ lui-même. C’est quelque chose de si beau, de si important pour l’Église, mais aussi une tâche délicate. Signe et sacrement du Christ, mais pas le Christ lui-même. Il demeure le seul prêtre et pasteur de son Église. Soyez son serviteur en tout. Faites tout par Lui et avec Lui et en Lui.
Ne vous considérez jamais plus important que les autres à qui vous êtes envoyé. Faites tout pour être un bon prêtre pour eux, mais sachez que vous êtes vous-même avant tout un chrétien et un croyant avec eux. C’est ce que le Pape François demande si instamment : que nous devenions de plus en plus une Église synodale, une Église où les gens se respectent, s’écoutent et où personne ne règne d’une main de fer. »

Retour en images: 

Lire le texte intégral de l’homélie du Cardinal Jozef De Kesel (en néerlandais).

© texte: Geert De Kerpel (traduction et adaptation: Sébastien De Bock)

© photos: Florin Vlad