Salzinnes | Une chapelle contemporaine pour prier un saint d’aujourd’hui, Carlo Acutis

Salzinnes | Une chapelle contemporaine pour prier un saint d’aujourd’hui, Carlo Acutis

La bénédiction est à peine terminée que des fidèles se précipitaient déjà pour prier devant la chapelle dédiée au bienheureux Carlo Acutis. Un jeune Italien décédé alors qu’il n’avait que 15 ans. La paroisse Sainte-Julienne à Salzinnes a, grâce aux dons, fait aménager cette chapelle – une des rares en Belgique – dans laquelle la relique ramenée d’Assise est installée.

« Je trouve que le résultat est très beau » lance, un rien stressé, l’abbé Fabian Mathot, vicaire de Salzinnes. Les paroissiens allaient-ils partager son enthousiasme ? Il a vite été rassuré. Pour réponse, il a obtenu, de l’assemblée, une salve d’applaudissements !  »

Cette chapelle s’inscrit bien dans son temps. Comme Carlo Acutis, un adolescent joyeux, intelligent et profondément croyant. Au centre de la chapelle, un meuble dessiné par l’architecte Charlotte Decorte, une paroissienne de Sainte-Julienne. Un ensemble au design très épuré réalisé dans du bois clair, un placage de shinnoki. Au centre, la photo retravaillée du jeune bienheureux. A hauteur de son cœur, la relique est incrustée. Elle se trouve encore à hauteur du regard de ceux qui viennent le prier. L’éclairage est aussi soigné formant un cocon chaleureux propice à la prière, à la confidence. Des neuvaines, des bougies, des photos complètent l’ensemble. Sans oublier, pour l’occasion, un montage floral très coloré, lumineux.

Le bronzage de Dieu…

Peu de paroisses en Belgique ont un espace de prière dédié à Carlo Acutis. Chaque jour, depuis ses 7 ans et sa première communion, il se nourrissait de l’eucharistie. Il aimait à dire que l’eucharistie était « l’autoroute vers Dieu. » Lors de la bénédiction qui s’est déroulée durant la messe dominicale, le chanoine Rochette, Vicaire général, a repris d’autres paroles, toutes aussi fortes, du bienheureux. Comme « Quand nous nous mettons devant le soleil, nous bronzons. Quand nous nous mettons devant Dieu, nous devenons des saints.« 

Durant sa courte vie, Carlo a tout fait pour venir en aide aux plus défavorisés à qui, il donnait de son temps, mais aussi tout son argent de poche. Passionné d’informatique, il a réalisé des expositions numériques.
Carlo est décédé, en 2006, des suites d’une leucémie foudroyante. Il avait 15 ans. Le 10 octobre 2020, il a été proclamé bienheureux. L’Eglise venait de lui reconnaître un miracle, la guérison d’un jeune Brésilien.


« Quand nous nous mettons devant Dieu, nous devenons des saints. » (Carlo Acutis)

 

Il séduit

De plus en plus de personnes sont séduites par Carlo Acutis. On reconnaît en lui, un fils, un petit-fils, un frère, un ami… L’abbé Fabian Mathot a ainsi emmené, en 2021, ses paroissiens à Assise au sanctuaire de la Spoglia là où la dépouille de Carlo est présentée à la prière. Il est revenu avec une relique, des cheveux de l’adolescent. Et depuis, régulièrement, à la demande ou pour diverses occasions, elle était présentée à la prière dans un lieu qui n’avait pas encore été réaménagé. Un appel de fonds a permis la réalisation des travaux.

Chapelle visible rue Sainte Julienne à Salzinnes (Namur)

Le 15 octobre dernier, la nouvelle chapelle a ainsi été bénie : une prière, une bénédiction du chanoine Rochette avant que celui-ci n’encense le tout.

A la fin de l’eucharistie, l’abbé Mathot prendra la parole pour les remerciements. Remerciements à Mgr Warin qui a soutenu la demande pour l’obtention de la relique. « Merci aussi à mon curé, l’abbé Vanandruel qui m’a suivi dans ce projet un peu fou. » Des mercis iront à l’architecte, aux menuisiers… à tous ceux qui ont fait que ce projet soit devenu réalité. L’abbé Mathot a confié qu’il avait eu des contacts avec la maman de Carlo Acutis. Il voulait l’informer de l’aménagement de cette chapelle. Une maman qu’il a tenu à remercier pour avoir donné à l’Eglise un tel enfant. La maman de le reprendre en précisant que ce n’est pas elle qui doit être remerciée mais bien Dieu.

Dimanche encore, des personnes ont témoigné de l’aide apportée, par Carlos, dans leur vie. Un jeune qui les avait séduits et qu’ils ont prié avec ferveur pour obtenir des grâces.

C.B. (texte et photos: Diocèse de Namur)

Publié le  par