Synode 2021-2024 | Nouvelle lettre pastorale du cardinal

Synode 2021-2024 : Nouvelle lettre pastorale du cardinal

Dimanche 9 octobre, lors de la rencontre à Koekelberg, le cardinal Jozef De Kesel à l’issue de la synthèse des réponses, a présenté sa nouvelle lettre pastorale ; celle-ci nous engage à poursuivre le chemin synodal initié par le pape François en 2021.

La brochure bilingue de 7 pages par langue, se découpe en les chapîtres suivants :

  • Autre attitude, autre regard,
  • L’heure de l’Eglise
  • Avec beaucoup de cœur et de miséricorde
  • Moins de cléricalisme
  • Responsabilité de la femme
  • Langage et liturgie
  • Aggiornamento
  • S’écouter mutuellement
  • Annoncer l’Evangile
  • Moins nombreux
  • Culture de respect
  • Douceur
  • Amitié et solidarité
  • Rester fidèle et ne pas désespérer

La lettre pastorale sera distribuée à partir du we prochain dans les UP de Bruxelles.

La nouvelle lettre pastorale de notre Cardinal, est dès maintenant en ligne sur notre page sur Cathobel. Cliquez ici.

Pour mémoire, extrait du compte-rendu de la cérémonie de dimanche :

« Dans son intervention, le cardinal a mis en lumière certains des points forts de sa lettre. Par exemple, il a parlé du grand désir du peuple de Dieu pour une Église moins cléricale, une Église plus authentique, une Église où les femmes sont les égales des hommes, où les gens s’écoutent vraiment et marchent ensemble.

Le cardinal a également souligné combien il est essentiel pour l’Église de proclamer l’Évangile d’autant plus dans ce contexte de sécularisation. Mais que nous le fassions avec douceur et avec un grand respect pour les autres êtres humains dans notre société pluraliste.

« Les circonstances et le contexte historique dans lesquels nous vivons et proclamons en tant qu’Église aujourd’hui, a déclaré le cardinal, ne sont plus ceux du passé. Nous vivons en tant qu’Église dans la diaspora. Il ne nous appartient pas de reconstruire une société chrétienne homogène. Cette culture laïque et donc pluraliste, où le respect de l’autre et la liberté de religion rendent la coexistence possible, n’est en aucun cas une menace. Notre tâche n’est pas de déconstruire. Mais c’est d’être au milieu de cette société, dans tout ce que nous sommes, disons et faisons, un signe de l’amour de Dieu pour ce monde. Ne pas être conquérant mais être présent : telle est notre mission. »

La manière avec laquelle nous allons à la rencontre des gens est particulièrement importante, a expliqué le cardinal à son auditoire.

Il faut bien accueillir les gens, s’intéresser à eux, à ce qu’ils ont à dire, à leurs joies et à leurs peines. Il ne s’agit pas de clients et nous ne sommes pas des fonctionnaires d’un institut des affaires religieuses !

Le Cardinal De Kesel a conclu son discours par un appel à puiser de la joie et l’espérance avant tout dans la conviction que rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu. Et que son Fils, mort et ressuscité, nous aime, nous et le monde entier, pleinement et pour toujours. »

Accéder au compte-rendu complet de la cérémonie du 9, ici.