1er dimanche de Carême | L’évangile commenté par Véronique de l’UP Père Damien

Durant tout le carême, nous vous proposerons un commentaire inédit de l’évangile du dimanche. Celui-ci sera rédigé par une personnalité bruxelloise du monde catholique (ou d’une autre confession chrétienne): hommes ou femmes, prêtres, diacres, laïcs ou encore religieux/religieuses.
Outre le commentaire ou la méditation, c’est l’occasion de vous présenter ces auteurs. Nous vous parlerons brièvement leurs engagements ainsi que des lieux ou institutions où ils exercent leurs ministères ou bénévolats au service du Christ.

Après l’Abbé Benoit Lobet le mercredi des cendres, c’est Véronique de l’UP Père Damien qui nous propose sa lecture pour le premier dimanche de carême.

Portrait de l’auteure

Véronique De Bock est née en 1959, septième d’une fraterie de neuf. Depuis 1989, elle enseigne le cours de religion catholique à l’école communale de Berchem-Sainte-Agathe. Elle s’occupe également d’élèves de l’enseignement spécialisé dans d’autres écoles. Véronique s’est formée à l’école supérieure de catéchèse Lumen Vitae.

Fréquentant la paroisse Sainte-Agathe (actuellement dans l’UP Père Damien) depuis sa jeunesse, elle y anime les chants depuis les années 1980. Véronique y a été également membre de l’équipe pastorale (1985-1995). Elle y fut aussi catéchiste de 1989 à 2018, tant de première communion que de profession de foi et confirmation.

En tant que professeure de religion et ancienne catéchiste, Véronique nous propose un commentaire particulièrement adapté aux 9-12 ans. Au-delà de la forme, cette lecture de l’évangile questionnera également les adultes.

Le commentaire du jour, adapté aux 9-12 ans

Celui-ci se base sur l’Évangile selon saint Luc, chapitre 4, versets 1 à 13. Retrouvez le texte ici.

Le contexte

L’épisode se situe après le baptême de Jésus, par lequel il a affirmé sa volonté de changer de vie pour se mettre au service de son Père.
Jésus est conduit au désert : là, aucune distraction. Il a tout le loisir de préparer sa mission… mais il est rattrapé par des considérations humaines. Et le diable est là qui l’attend au tournant.

Les tentations

Les pierres changées en pains, c’est choisir la facilité… et Jésus nous apprend que les paroles nous aident à grandir et surtout La Parole.
La possession de tous les royaumes, c’est choisir la puissance… et Jésus nous fait comprendre que seule la puissance de Dieu est réelle.
La chute du sommet du Temple, c’est choisir la gloire… Là, la fourberie du Diable réside dans le fait qu’il va lui-même reprendre des paroles divines ; chapeau ! Mais Jésus, qui connaît bien la Torah, répond que Dieu n’a pas besoin de montrer des preuves de sa gloire.
Et si Jésus peut résister à toutes ces tentations, c’est parce que la force de Dieu l’habite. Ces tentations ne sont que le prélude de la tentation suprême de se soustraire au sacrifice de la croix.

Et dans ma vie ?

Quand je triche, quand je mens, quand je vole, je choisis la facilité.
Quand je rackette, quand je me bats avec des plus faible, je choisis la puissance.
Quand je fais le pitre en classe pour faire rire les autres, je choisis la gloire.
Mais est-ce ce que Dieu attend de moi ?
Pendant ce carême, je vais songer à imiter Jésus.

© texte du portrait: Sébastien De Bock avec Véronique
© photos: collection familliale – Shirley Devriendt – Centre catholique des médias Cath-Info