Aleteia | Après le pape François, l’Irak cherche un second souffle

Situation des chrétiens, état d’esprit des musulmans, attitude et décisions des autorités politiques, nombreux sont les aspects de la société irakienne a avoir été marqués en profondeur par la visite et les prises de parole du pape François lors de son voyage en Irak début mars 2020.

Tous les observateurs s’accordent à le dire, le voyage du pape François en Irak a été couronné de succès. Tant sur le plan du dialogue interreligieux que de l’encouragement dispensé aux minorités catholiques du pays, le pontife argentin a su trouver les paroles et l’attitude justes capable de contribuer à un changement dans le pays. S’il est encore trop tôt pour savoir si cette visite a été déterminante pour la reconstruction du pays, il est d’ores et déjà possible d’observer quelques fruits de ce voyage apostolique historique. 

Certains sont même apparus en amont de la visite. Afin de donner quelques gages de bonnes volonté dans la perspective de l’arrivée du pontife, les parlementaires irakiens, bien qu’issus de toutes les cultures et ethnies qui composent le pays, se sont accordés pour voter le 17 décembre dernier un projet de loi faisant de Noël une fête nationale. Dans un but similaire, une autre loi déterminante et fondamentale pour le Saint-Siège a été votée pour accorder aux femmes chrétiennes ayant été enlevées par Daesh, un statut spécial leur permettant d’être accompagnées dans leur réinsertion mais aussi de bénéficier de compensations financières. 

Accéder à l’intégralité de l’article sur le site d’Aleteia.

©AP/Associated Press/East News