Alzheimer : le Baluchon recherche de nouveaux baluchonneurs et baluchonneuses !

Bonjour chères  amies, chers amis,

La mission de Baluchon Alzheimer est double : donner du répit et de l’accompagnement aux aidants proches d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre démence apparentée, sans avoir à transférer la personne touchée hors de son milieu de vie.

Par répit pour l’aidant, nous entendons « prendre soin de soi » soit par du repos, soit par des soins de santé comme une hospitalisation mais également un répit pour des raisons professionnelles (voyage à l’étranger par exemple).

Par accompagnement, nous entendons « soutenir les aidants proches» en leur fournissant une évaluation des capacités de leur proche et en leur proposant des pistes de réflexions, des stratégies d’intervention adaptées à leurs propres situations difficiles – expérimentées par la baluchonneuse au cours d’un baluchonnage – au moyen du journal d’accompagnement.

Le service recherche de nouvelles baluchonneuses et baluchonneurs, prêts à s’engager de 3 à 7 jours, 24h sur 24, de temps à autres selon leurs convenances.
Une aventure humaine, spirituelle et de développement personnel pour laquelle vous serez formé de manière continue et rémunéré, week-ends compris. 

Intéressé(e) ?
N’hésitez pas à prendre contact avec moi.

Muriel (coach) – muriel.debeco@skynet.be
Tel . 02 344 21 29
GSM ; 0485 889 101


« Par ailleurs et fort heureusement, la maladie d’Alzheimer peut aussi permettre l’émergence de capacité d’amour et de tendresse brimées depuis longtemps. Maintes fois, je rencontre des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer qui n’arrivent guère à manifester leur sensibilité, mais qui, sous l’effet de la maladie, laissent éclore des noyaux de tendresse étouffée depuis l’enfance !
Libérées des conventions sociales ou des séquelles d’une éducation trop sévère, ces personnes connaissent enfin une vraie liberté intérieure. Devenues plus simples et plus directes dans leurs relations elles oublient toute crainte de choquer, ignorent tout désir de réussite, abandonnent tout artifice, tout jeu de personnage en mal de pouvoir. Elles sont enfin elles-mêmes !

Un autre aspect qui fascine chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer tient à leur extraordinaire capacité à saisir l’état émotif d’autrui, à mesurer l’authenticité des gens, à détecter la bienveillance comme la malveillance, à décrypter les signes de douceur ou de dureté dans le ton, les gestes ou les regards. Qui n’a pas été vivement interloqué par cet  être si proche devenu parfois lointain, mais qui se révèle soudain prodigieusement présent, ému et troublé de sentir nos émotions comme s’il les vivait à notre place ?

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer deviennent des scanners d’âmes et des thermomètres de leur environnement humain. Elles savent reconnaître les individus qui se dissimulent sous des masques ou qui jouent des rôles. Elles saisissent des subtilités qui souvent nous échappent. Elles retrouvent  la merveilleuse sensibilité des enfants. Elles deviennent nos propres reflets : notre douceur les rend douces, notre agressivité les rend agressives. »

extrait du livre de Marie Gendron, fondatrice de “Baluchon Alzheimer Québec”