André Comte-Sponville : « Je crains que la peur de la mort l’emporte sur l’amour de la vie »

© JOEL SAGET / AFP

Depuis le début de la pandémie mondiale de Covid-19 et ses conséquences économiques, le mot relance est sur toutes les lèvres. Mais comment la mettre en oeuvre, de manière douce ?

Le philosophe André Comte-Sponville, qui était l’un des invités de la 26e éditions de « Université homme entreprise » organisé par le CECA,  et qui vient de sortir « Le dictionnaire amoureux de Montaigne » (Plon), estime que ce grand écrivain du XVIème siècle peut nous apprendre beaucoup aujourd’hui, et notamment ce que nous avons traversé depuis plusieurs mois.  

 » Le plus libre des esprits libres peut nous enseigner un art de vivre heureux, à peu près heureux, partant de catastrophes. Dans cet époque, où tout le monde se plaint et où tout le monde a peur, rappelons que Montaigne a vécu bien pire. Il a vécu les Guerres de religion avec des dizaines de milliers de morts, il a connu la peste avec un taux de létalité chez les personnes contaminées proche de 100 % quand le taux de létalité de la Covid 19 est de 0,3 % ou 0,5 % . Et pourtant, confronté au pire, il nous apprend que la vie est belle si nous savons l’aimer. Je crains aujourd’hui, que dans l’époque que nous vivons, la peur de la mort l’emporte sur l’amour de la vie ! »

Accéder au podcast.