Cathobel | Le point sur la régularisation des sans-papiers de Bruxelles

Régularisation des sans-papiers : un travail de très longue haleine – Article de Nancy Goethals

Les 400  accueillis dans l’église du Béguinage et sur les campus de l’ULB et de la VUB ont suspendu leur grève de la faim – et de la soif – ce mercredi 21 juillet. La  de ceux-ci est un travail que mène  international depuis plusieurs années et qui s’inscrit dans un cadre bien plus large. Quel regard poser sur la situation actuelle?

La problématique des travailleurs sans-papiers ne demande pas une régularisation ponctuelle. « Il faut vraiment offrir une réponse structurelle à un problème qui ne trouve pas de réponses dans les mesures et lois actuelles » explique Tom Devriendt, chargé de plaidoyer politique chez Caritas international. Il est soulagé mais reste prudent de la position, qu’il juge sans garanties politiques solides et fragile, du gouvernement: « il ne changera pas ». C’est d’ailleurs ce que le secrétaire d’état à l’Asile et à la Migration, Sammy Mahdi, a annoncé au micro de nos confrères de la RTBF : « […] dans la procédure, il n’y a rien qui change. Parce que notre procédure est juste, correcte et humaine« . Tom Devriendt rappelle que Sammy Mahdi avait pourtant promis de finaliser un nouveau codex sur les migrations pour la fin de la législature (en 2024). Cependant, dit-il, « je n’ose pas imaginer de grands changements », vu les lenteurs qui perdurent depuis tant d’années.

Lire la suite de l’article, ici.

©Quentin Bruno

Vous voulez soutenir l’action de Caritas International en faveur de cette action, c’est ici.