Conférence épiscopale | Les liens solidaires entre les catholiques belges et l’Ukraine sont partis pour durer

Conférence épiscopale | Les liens solidaires entre les catholiques belges et l’Ukraine sont partis pour durer

[Article CathoBel, 27/02/23, Anne-Françoise de Beaudrap]

« Nous avons beaucoup à apprendre de nos voisins de l’Est de l’Europe », résume Mgr Kockerols après quatre jours en Ukraine. Avec les évêques de Bruges, Anvers, Gand, ils ont rencontré des hauts responsables religieux, mais surtout de nombreuses familles éprouvées par la guerre.

Épuisé par quelques jours de programme dense du matin jusqu’au soir, Mgr Kockerols s’est confié sur la visite que lui ainsi que trois évêques flamands font en Ukraine. « Nous avions exprimé depuis longtemps la volonté de poser des gestes très concrets pour montrer notre solidarité », explique l’évêque auxiliaire pour Bruxelles.

A quelques heures du retour en Belgique, il tire le bilan de ces quelques jours passés à Kyiv et Lviv. Partout, « la population nous dit « Merci, merci d’être venus, merci d’avoir eu le courage… » J’ai envie de répondre que ce n’est pas nous qu’ils doivent remercier. » Il n’en reste pas moins que le déplacement de quatre évêques belges dans ce territoire en guerre montre concrètement le soutien des Belges pour la population éprouvée.

👉 « Merci pour votre courage », disait le chef de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne en milieu de semaine

La souffrance, la résilience dans l’attente de la Résurrection

Dans l’église des Saints-Pierre-et-Paul à Lviv, deux à trois funérailles de militaires tués sont célébrées par jour.Ce n’est pas tant l’anniversaire du début de cette guerre qui marque le plus ce calendrier. « Cette semaine est surtout marquée liturgiquement par l’entrée en Carême », précise Mgr Jean Kockerols. « Nous avons vécu les trois dimensions fondamentales du mystère pascal », poursuit-il.
« Nous avons approché la réalité du Vendredi saint, en visitant des cimetières comme celui d’Irpin dans la banlieue de Kyiv. C’est impressionnant de voir le nombre de tombes qui sont creusés, y compris en prévision des futurs morts du jour. » Les quatre évêques belges, selon le récit de Mgr Kockerols, ont aussi été « confrontés à la réalité de Pâques: la population vit en pleine résilience, avec l’espoir de la Résurrection. Puis, nous avons perçu la dimension de la Pentecôte où l’Église est habitée par l’Esprit. » 

Interrogé sur leurs rencontres avec l’Église ukrainienne, l’évêque auxiliaire pour Bruxelles corrige : « Il y a des Églises ! L’Église gréco-catholique, mais aussi les églises orthodoxes qui dépendent du patriarcat de Moscou et de Kyiv… » La délégation belge a pu prendre conscience des nombreuses initiatives caritatives soutenues par les Églises. Ainsi les évêques ont visité un orphelinat ce matin même. « Nous pourrions envisager d’y apporter aussi notre soutien, ajoute Mgr Kockerols. C’est l’une des pistes que j’évoquerai à la prochaine réunion de la conférence épiscopale en rentrant en Belgique. » 

👉 Lire aussi Rencontre des évêques belges avec le métropolite Epifani

(…)

Lisez la suite de l’article sur le site de CathoBel ici.

Crédits photos & textes : CathoBel ©