Enseignement | Vivre le dialogue islamo-chrétien à l’école, comment ?

 

Vivre le dialogue islamo-chrétien à l’école, comment ?

Echos d’une journée de formation IFEC organisée par Pastocube (pastorale scolaire Bruxelles-BW). Le lundi 14 novembre dernier, une journée de formation autour du dialogue islamo-chrétien à l’école a rassemblé une soixantaine d’acteurs du monde scolaire.

Le frère Benjamin Kabongo, ofm [1], a donné une conférence passionnante sur les bases nécessaires au dialogue entre musulmans et chrétiens. Il a souligné d’emblée combien l’Islam fait partie de l’identité culturelle belge et européenne aujourd’hui. À côté des musulmans de naissance, le nombre de convertis à l’Islam est en hausse. C’est donc une nouvelle réalité à prendre en compte dans l’enseignement, et en particulier dans les écoles de notre réseau. 

L’accueil des élèves musulmans est dans le droit fil de l’inclusion, de l’égalité des chances, de l’ouverture à la différence et à l’accueil de l’autre tel qu’il est : c’est ce que l’Église catholique soutient en profondeur pour ses écoles [2]

Le conférencier a rappelé Nostra aetate [3], l’audacieux document de base pour tout dialogue interreligieux, qui montre comment dialoguer dans une éthique de l’estime réciproque. Le dialogue, c’est être d’accord de nos désaccords, a rappelé le conférencier non sans humour.  Derrière cette phrase, une position essentielle, la reconnaissance de l’autre différent de moi, base indispensable pour une ouverture bienveillante face à la différence.

Le franciscain a ensuite montré que, si plusieurs points de la foi divergent, il y a néanmoins des fondements théologiques communs qui peuvent  rapprocher les musulmans et les chrétiens.

Enfin, en s’inspirant du Pape François [4], il a redonné les trois éléments que nécessite tout dialogue : être au clair avec sa propre identité, s’ouvrir à l’altérité et être dans une sincérité d’intention. La conférence fut suivie d’un riche échange en petits groupes, prolongé par une table ronde avec des personnes de terrain.

Une célébration interreligieuse autour des noms de Dieu a permis de prier ensemble : la première sourate du Coran chantée par l’imam de la mosquée de la réconciliation de Molenbeek et le Prologue de l’Évangile de Jean chanté par l’assemblée, ont permis un temps de contemplation du Tout-Autre, l’Au-delà de tout que nous essayons de nommer, Lui qui nous a appelés le premier [5]

Des ateliers ont permis ensuite aux participants d’approfondir différents aspects du dialogue islamo-chrétien à l’école, de découvrir des outils et de construire des projets.

De l’avis unanime, cette journée fonde un commencement. À suivre …

Pour la CIPS,

Béatrice Sepulchre, membre de Pastocube


[1] Le frère Benjamin Kabongo (Congo) est franciscain, il est responsable de l’unité pastorale Notre-Dame de Val Duchesse à Bruxelles et travaille actuellement à un doctorat dans le domaine du dialogue islamo-chrétien.

[2] La Congrégation pour l’éducation catholique a publié le 29 mars 2022 une instruction intitulée « L’identité de l’école catholique pour une culture du dialogue »

[3] Nostra Ætate est la déclaration du concile Vatican II sur les relations de l’Église catholique avec les religions non chrétiennes publiée le 28 octobre 1965

[4] Fratelli tutti, encyclique sur l’amitié et la justice sociale, Pape François, 3 octobre 2020

[5] Dire Ton Nom , un chant de Danielle Sciaky et Michel Wackenheim/ADF-Musique