Home sweet home | Campagne d’Avent 2023 d’Action Vivre Ensemble

Campagne d’Avent 2023 d’Action Vivre Ensemble

Home sweet home, vraiment ?
Le logement est un droit, pas un privilège !

Le droit au logement est inscrit à l’article 23 de la Constitution. Le logement n’est donc pas un privilège et encore moins un luxe mais bien un droit. Pourtant, il suffit de regarder autour de nous pour constater qu’un nombre sans cesse croissant de personnes vivent dans la rue, dans des habitations de fortune ou alors sous un toit mais dans des logements insalubres et/ou impayables.

Le logement touche à l’intime de chacun et chacune, à la sécurité qu’il ou elle ressent en étant « protégé.e » par un toit. Il constitue aussi, avant l’emploi, le préliminaire à un processus d’insertion dans la société (approche Housing First). La problématique ne se résume pas à la question des personnes sans abri, la question du mal-logement concerne un nombre considérable de personnes contraintes de vivre dans les lieux trop petits, en mauvais état, mal isolés, humides, mal chauffés, trop chers etc.

Pourtant, les nouveaux logements ne manquent pas dans notre pays. Mais nombre de ces logements sont devenus impayables et les loyers ne sont encadrés qu’à titre indicatif tandis qu’une quantité importante de bâtiments de bureaux ou de logements sont vides (26.000 rien qu’à Bruxelles).

Enfin, il y a un manque criant de logements sociaux en regard de la réalité d’un pays où, dans certaines régions comme Bruxelles, le tiers de la population vit au niveau du seuil de pauvreté et la moitié d’entre elle est dans les conditions d’accès à un logement social.

Les priorités sont les suivantes :

  • Une action sur le coût global du logement. La question n’est plus celle des loyers impayés mais des loyers impayables ! Il s’agit d’un problème systémique. Agir sur le coût du logement, cela veut dire aussi travailler sur les coûts de l’énergie et favoriser l’accès des personnes les plus précaires aux autres postes de dépense importants (alimentation, soins de santé…), ce qui ne peut se faire sans une revalorisation des différentes allocations sociales et une fiscalité plus juste (suppression du statut de cohabitant).
  • Une augmentation considérable du nombre de logements abordables. Selon les trois Régions du pays, entre 50.000 et 200.000 familles sont en attente de logements sociaux, attente qui peut durer une ou deux décennies. Il faut fortement augmenter de manière importante le nombre de logements sociaux (actuellement seulement 7% du parc immobilier) mais aussi que les pouvoirs publics puissent mettre fin à la vacance immobilière de bâtiments de logements ou de bureaux pour remettre sur le marché des logements abordables.
  • Un accompagnement de qualité. Notre étude le montre : accéder au logement pour les personnes les moins favorisées a tout du parcours d’obstacles (institutionnels, administratifs, digitaux…), a fortiori quand il s’agit de femmes et tout spécialement de mamans solos. Ces dernières années, la pandémie a contraint de nombreux services à travailler en
    distanciel et accru la fracture numérique. Un meilleur accompagnement des personnes et un meilleur soutien du secteur associatif doivent être mis en place.
  • Des mesures liant réduction des gaz à effet de serre et logement de qualité accessible à tous et à toutes. Membre à la fois du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et de la Coalition Climat (au travers de son organisation soeur, Entraide et Fraternité), Action Vivre Ensemble est à l’origine du rapprochement ce ces deux entités en vue de la rédaction du « Pacte logement-énergie », présenté le 26 septembre dernier : il demande que les partis politiques intègrent ses propositions de mesures à leur programme. Une politique publique de rénovation doit évidemment prendre à son compte la réduction drastique des émissions du bâti : nombre de locataires pauvres sont victimes (santé, facture énergétique…) de propriétaires qui n’effectuent pas les travaux nécessaires tandis que les propriétaires les moins fortunés n’ont pas les moyens d’effectuer ces travaux.

Actions

Cette année encore, Action Vivre Ensemble soutient 110 associations de lutte contre la pauvreté partout en Wallonie et à Bruxelles. Les collectes en paroisses seront entièrement dédiées aux projets d’Action Vivre Ensemble le weekend des 16 et 17 décembre. Les dons peuvent évidemment être également effectués via le site de campagne, sur lequel vous pouvez trouver le descriptif des associations et des projets soutenus par Action Vivre Ensemble : avent.vivre-ensemble.be

Tout comprendre à la problématique ? Notre étude de campagne, À bout de souffle. Parcours d’obstacles pour le droit au logement, est à lire et télécharger sur le site avent.vivre-ensemble.be