IEB | Le nombre d’euthanasies a augmenté en 2021

Institut Européen de Bioéthique

Le nombre d’euthanasies a augmenté en 2021

Ce jeudi 31 mars, la Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie en Belgique a communiqué les chiffres relatifs aux euthanasies déclarées durant l’année 2021.

Le nombre d’euthanasies officiellement pratiquées l’année dernière a ainsi atteint un nouveau record : 2699 euthanasies ont été déclarées à la commission en 2021, chiffre jamais atteint jusqu’alors.

Alors que l’année 2020 avait été marquée par une baisse inédite des cas (en raison du contexte sanitaire, voy. news IEB), cette parenthèse semble refermée avec la reprise de la hausse constante des euthanasies.

À ces euthanasies officiellement déclarées à la Commission, les études scientifiques estiment qu’il convient d’intégrer environ 25 à 35% d’euthanasies non déclarées (et donc illégales).

Si la proportion majoritaire des euthanasies déclarées concerne des personnes âgées, notons que près d’un tiers (32,2 %) des personnes officiellement décédées par euthanasie étaient âgées de moins de soixante ans.

On compte également une hausse importante de la part d’euthanasies pratiquées à domicile, qui confirme la tendance observée l’année dernière. Cette hausse s’explique notamment par la restriction des visites aux patients hospitalisés, les hôpitaux enregistrant ainsi un nombre d’euthanasies proportionnellement moins élevé.

Les chiffres 2021 confirment également la part substantielle d’euthanasies pratiquées en raison de polypathologies. Celles-ci représentent près d’une euthanasie déclarée sur cinq, soit le deuxième type d’affection mentionné, après le cancer. Comme l’indique la Commission, les polypathologies désignent « une combinaison de la souffrance provoquée par plusieurs affections chroniques qui évoluent vers un stade final ». En pratique, ces affections peuvent notamment consister en la baisse de la vue ou de l’audition, la polyarthrite ou l’incontinence. La Commission précise toutefois qu’elle n’est pas en mesure de vérifier la réalité des pathologies mentionnées dans la déclaration du médecin.

Enfin, pour près de 20% des euthanasies déclarées en 2021, le patient était atteint de souffrances psychiques, pour la plupart conjuguées à des souffrances physiques.

Ce critère lié à la souffrance ne doit pas être confondu avec le critère relatif aux affections psychiques. Dans ce cas, sont visées les affections psychiatriques (comme les troubles de la personnalité ou la dépression) et les troubles cognitifs (comme la maladie d’Alzheimer), dont étaient atteints cinquante personnes décédées par euthanasie en 2021.

Notons qu’une analyse plus détaillée des tendances relatives aux euthanasies déclarées en Belgique sera publiée dans les prochaines semaines par la Commission fédérale, concernant les années 2020 et 2021.

Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur LinkedIn Partager cet article sur Pinterest Partager cet article sur Tumblr Partager par E-mail


Lien vers l’article originale.
Auteur: ©L. Vanbellingen