IRPA | Le « Jésus intime », une émouvante sculpture en bois en cours de restauration

 

IRPA | Le « Jésus intime », une émouvante sculpture en bois en cours de restauration

 

Communiqué de presse 18/7/23

Les restaurateurs de l’Atelier des sculptures en bois polychromé de l’IRPA étudient actuellement le Christ et Jean, une sculpture conservée au Musée Mayer van den Bergh à Anvers. Les résultats des recherches permettront de déterminer les techniques de conservation et de restauration adéquates, qu’ils appliqueront ensuite lors du traitement.

Une sculpture en bois qui crée l’émoi

Ce « Trésor flamand » de la collection de Fritz Mayer van den Bergh représente Jésus étreignant tendrement l’épaule de son disciple préféré, Jean, qui a la tête inclinée sur le torse du Christ. Leurs mains droites entrelacées symbolisent leur lien. Cette sculpture de la fin du XIIIe siècle, presque grandeur nature, a été réalisée par Heinrich de Constance pour les sœurs du couvent dominicain de Sankt Katharinental, en Suisse. Toute la beauté de l’œuvre réside dans l’émotion qu’elle dégage. La composition témoigne du lien intime qui unit Jean et Jésus ‒ cette union avec le Christ tant convoitée par les sœurs du couvent de Sankt Katharinental.

Étude approfondie du bois

Les résultats de l’imagerie scientifique, plus spécifiquement de la radiographie, ont permis de confimer que l’œuvre a été sculptée dans une seule grande pièce de noyer. La sculpture est creuse. Le revers présente une grande ouverture, autrefois recouverte d’une plaque, comme en témoignent les chevilles encore présentes qui servaient à fixer la plaque. Les traces d’outils visibles à plusieurs endroits de la sculpture donnent un aperçu du processus créatif de Heinrich de Constance. L’état de conservation de l’œuvre présente des orifices causés par des insectes xylophages, des lacunes et des fissures dans le bois.

La polychromie, couche après couche

Des bandes de tissu et de parchemin ont autrefois été collées sur la sculpture en bois pour la protéger et la préparer à recevoir la polychromie. Le polychromeur a ensuite appliqué plusieurs couches préparatoires afin de lisser la surface, puis des couches picturales de couleurs typiquement gothiques : le rouge et le vert, ainsi que le bleu associé à des feuilles dorées. Les deux faces latérales du trône ont été surpeintes à une époque encore indéterminée. La polychromie sur les genoux des deux figures est très usée. La sculpture a peut-être été touchée à cet endroit, dans le cadre d’une prière ou d’un rituel pratiqué dans le couvent.

Un traitement adéquat digne d’un chef-d’œuvre

Le Christ et Jean est une sculpture d’une qualité remarquable, qui figure parmi les Trésors de Flandre. Lors du traitement, les experts de l’Atelier des sculptures en bois polychromé nettoient l’œuvre et mettront en valeur ses couleurs. Préalablement à cette intervention, ils mèneront une étude approfondie afin de déterminer les matériaux et les techniques adéquats à utiliser pour la restauration. Les résultats de l’étude permettront de mieux comprendre les diverses interventions subies au cours du temps : les dommages spécifiques, la polychromie médiévale, la dorure délicate et un mélange gras de cire et de résine appliqué sur l’ensemble de statues lors d’une restauration précédente, réalisée en 1951. Tous ces facteurs font de cette intervention un projet de taille qui nécessite une approche spécifique.

 

©IRPA/KIK 

***

Retrouver l’article original sur le site de l’IRPA ici.

Accéder au site du musée ici.