Le Belge Charles Deckers sera béatifié samedi

L’évêque d’Anvers, Mgr Johan Bonny, coprésidera la cérémonie dans la ville algérienne d’Oran.

Ce samedi, le 8 décembre, notre compatriote Charles Deckers sera béatifié avec dix-huit autres martyrs dans la ville algérienne d’Oran. Ils ont tous été assassinés dans les années 1990 en Algérie où ils vivaient et travaillaient. Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers, coprésidera la cérémonie de béatification.

Charles Deckers est né à Anvers en 1924 et après ses études secondaires, il est entré dans la Société des Missionnaires d’Afrique (M. Afr.), plus connus sous le nom de Pères blancs. En 1950, il est nommé dans la casbah d’Alger, où il accompagne un groupe de scouts. En 1955, il s’installe à Tizi-Ouzou, en Kabylie. Il y dirige entre autres un centre d’accueil pour les jeunes, défend les droits des filles et des femmes, crée une école professionnelle, une bibliothèque pour les jeunes et une équipe de football. Il sera exilé en 1977 parce qu’il défend la jeunesse berbère.

De retour en Belgique, il dirige El Kalima, le centre chrétien de dialogue avec l’Islam à Bruxelles. En 1982, le père Deckers devient aumônier au Yémen et cinq ans plus tard, il est autorisé à retourner en Algérie. Il est nommé à la basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger. Il continue à s’investir pour le dialogue, en particulier entre musulmans et chrétiens.

Le 27 décembre 1994, Charles Deckers est assassiné à Tizi-Ouzou avec trois confrères. Des milliers de musulmans assistent à leurs funérailles. Au cours de la période 1994-1996, 19 religieux seront assassinés en Algérie. Parmi eux aussi Mgr. Pierre Claverie, l’évêque d’Oran, et sept moines de Tibhirine, dont le témoignage sera mondialement connu grâce au film Des hommes et des dieux.

Apprendre à se connaître mutuellement et briser les clichés

Le Cardinal Jozef De Kesel, Archevêque de Malines-Bruxelles : ‘En Algérie, le Père Charles Deckers a ressenti dès les années 1950, l’importance d’un véritable dialogue entre chrétiens et musulmans et entre la foi chrétienne et l’islam. Il s’y est consacré corps et âme durant des décennies. Dans notre société multiculturelle, il est très important que nous apprenions à nous connaître mutuellement et à briser les clichés. Le dialogue est indispensable si nous voulons vivre et construire ensemble une société humaine. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre à connaître les convictions religieuses les uns des autres. Le dialogue n’est vraiment fécond que lorsqu’il est le fruit d’une vraie rencontre : s’écouter mutuellement avec respect et admiration et se sentir compris. En béatifiant le Père Charles Deckers, l’Église catholique reconnaît que sa vie sert d’exemple.

SIPI – Bruxelles, jeudi 6 décembre 2018

Contact presse : Tommy Scholtes s.j., porte-parole de la Conférence épiscopale de Belgique, Gsm : 0475 670 427, E-mail : t.scholtes@interdio.be