Pièce TsimTsoum à la cathédrale | La disparition de Dieu comme entrée dans le carême

 

Pièce TsimTsoum à la cathédrale | La disparition de Dieu comme entrée dans le carême

Ce samedi 4 mars 2023 se déroulait à la cathédrale Sts-Michel-et-Gudule, la première d’une pièce de travail : « TsimTsoum » par Jacques Sojcher.

L’auteur à l’invitation du Doyen Lobet avait accepté l’invitation de monter la pièce dans une des plus éminentes maisons de Dieu à Bruxelles, la cathédrale. 

Le synopsis est le suivant : Au crépuscule de sa vie, un Juif non-croyant rencontre Dieu ; s’ensuit un dialogue vif entre Dieu et l’auteur sur les questions de Dieu et du retrait de Dieu (le mot hébreu Tsimtsoum désigne précisément le problème théologique de ce retrait qu’illustre l’Ancien Testament). Sur scène, Bernard Crombey (Dieu) et Jean-Paul Comart (le Juif) se donnent ainsi la réplique en une partie de ping-pong : petit à petit affleurent les blessures et les subterfuges de l’homme, Dieu continuant à se faire, lui, elliptique et mystérieux. La sobriété de l’ensemble quant au parti-pris d’avoir les deux acteurs qui lisent leur texte, contraste avec l’humour et le rythme rapide.

La cathédrale était comble ; gageons que la pièce trouvera vite un théâtre pour poursuivre sa carrière.

La représentation était suivie d’un débat autour du retrait de Dieu, question récurrente de la pièce : Que penser du silence de Dieu face à la cruauté des hommes, en particulier Auschwitz ? Encadrant le doyen Lobet et l’auteur, Thomas Gergely, directeur de l’Institut d’étude du judaïsme à l’ULB, Bernard Pottier, SJ membre de la Commission théologique internationale du Vatican et Mohamed El Battiui, enseignant à la Haute Ecole Francisco Ferrer ont présenté pour leurs religions respectives comment l’attitude de Dieu pouvait être comprise.

Photos ©Anne Périer

 

Le carême se poursuit à la cathédrale avec 3 conférences sur l’Ukraine :

***

Accéder au site de la cathédrale ici.