Retour sur 2021 avec mgr Bonny, évêque d’Anvers

La frontière linguistique ne laisse parfois filtrer que trop peu de choses. En Belgique francophone, le nom de Johan Bonny est vaguement connu. Peut-être se souvient-on qu’en 2015, lorsque le siège archiépiscopal de Malines-Bruxelles devint vacant, il fut alors question de lui.
Alors que l’année 2021 vient de s’achever, nous prenons un dernier temps de relecture. L’évêque d’Anvers ne cache pas ses inquiétudes devant l’état de notre planète et dénonce les égoïsmes de l’Occident. Attaché au pape François, il en appelle aussi à de vrais changements à l’intérieur de l’Eglise.

Monseigneur, que retenez-vous particulièrement de l’année écoulée?

Je trouve que l’année avait bien commencé avec la non-réélection de Trump à la présidence des Etats-Unis. L’arrivée d’une autre personne, d’une autre mentalité, d’un autre coeur, fut pour moi un soulagement. Je retiens aussi les changements en Afghanistan: on s’est retiré d’un pays en plein désordre ; on a laissé derrière nous une population manquant de tout. Je pense également à la Syrie, où les problèmes continuent. Évidemment, j’ai aussi suivi de près les questions climatiques. C’est un sujet de premier ordre. Les inondations exceptionnelles de juillet nous l’ont montré. A l’échelle de la planète, la Belgique est un tout petit pays, mais elle a des complicités dans ce qui se passe ailleurs.

Des complicités?

Voulues ou non voulues. Mais force est de constater que nous faisons partie des pays les plus industrialisés et les plus riches. Nous nous appuyons sur un système mondial qui permet de faire venir ici des ressources provenant d’autres continents. Dans ce système mondial, l’argent ne coule que d’un côté. Et c’est de ce côté que nous nous trouvons.

Lire l’article original sur le site de Cathobel

© texte: Cathobel (adaptation Sébastien De Bock)
© photo: Caritas international