Retour sur les 60 ans du mouvement des Focolari en Belgique

  • 1/3
  • 2/3
  • 3/3

Tisser le tapis de l’unité avec toutes les couleurs de nos diversités

La rencontre du 25 novembre, en présence de la Présidente Maria Voce et du Co-Président Jesús Moràn, un point d’arrivée et un point de départ : 60 ans de vie du mouvement des Focolari en Belgique, tourné résolument vers l’avenir avec sa passion de l’unité et de la fraternité universelle. 

« Tissons le tapis de l’unité avec toutes les couleurs de nos diversités », a proposé Mons. Hoogmartens à la fin de son homélie pendant la célébration eucharistique de dimanche dernier à la Cathédrale des Saints Michel et Gudule. Tel est le fil d’or de ces journées festives vécues en présence de la Présidente Maria Voce et du Co-Président Jesús Moràn.

Le dimanche 25 novembre plus de 600 personnes, jeunes et moins jeunes, chrétiens, musulmans, une représentation de bouddhistes et de juifs, des personnes sans credo religieux, ont vécu une journée inoubliable empreinte de gratitude et de joie. Gratitude à Dieu pour le charisme de l’unité donné à Chiara Lubich, pour toutes les grâces reçues, également à travers ceux qui les ont précédés.

Pendant la matinée au Passage 44, le mouvement des Focolari a été présenté dans ses traits essentiels, également à travers un kaléidoscope de témoignages illustrant la vie de la spiritualité de l’unité : en famille, comme entrepreneur de l’’Economie de communion’, comme enfants engagés dans le projet de la FAO ‘Faim ZERO’, comme jeunes projetés vers les périphéries (le ‘Café A la Bonheur’ mensuel chez Nativitas, dans les Marolles de Bruxelles, et l’aide dans un restaurant social), au niveau de l’aide au développement à des frères en difficulté (la construction et l’installation d’une maternité à Kinshasa), l’accompagnement de jeunes filles musulmanes avec un handicap par  un peintre chrétien …

Dans les deux moments de questions-réponses, la présidente Maria Voce et le co-président Jesùs Moràn (au niveau international) ont mis en lumière la force de l’art d’aimer évangélique comme réponse aux multiples défis auxquels la vie en société nous confronte.

L’après-midi, une célébration eucharistique de commémoration de Chiara Lubich, la fondatrice, décédée il y a dix ans, a eu lieu à la Cathédrale des Saints Michel et Gudule. Elle a été présidée par Mons. Hoogmartens et concélébrée par Mons. Bonny et Mons.Van Burgsteden (Pays-Bas), ainsi que par une dizaine de prêtres et diacres des Focolari. Le couronnement de la journée.

La veille 250 personnes d’inspiration chrétienne se sont retrouvées au Centre Unité de Rotselaar pour une présentation en profondeur des Focolari : une œuvre aux racines solides, une spiritualité capable de forger des personnes qui ont la passion de l’unité et de la fraternité, qui s’investissent pour renouveler le tissu social et ecclésial autour d’elles. Les paroles conclusives de Herman Van Rompuy et du Cardinal De Kesel ont souligné l’authenticité de ce qui avait été dit et partagé. Mons. De Kesel a mis en lumière la valeur de l’unité dans la diversité, caractéristique des Focolari, leur fidélité aux enseignements du Concile Vatican II, le « souci oecuménique et interreligieux », « l’engagement dans la société ». Il a terminé en proposant de comprendre comment répondre ensemble aux défis actuels.

Le lundi soir, 26 novembre, a eu lieu une rencontre islamo-chrétienne, également avec Maria Voce et Jesús Moràn.