Vatican | Le Pape exhorte à accueillir les réfugiés afghans

Le Pape exhorte à accueillir les réfugiés afghans

Après la prière de l’angélus ce dimanche, le Pape François a évoqué une nouvelle fois l’Afghanistan, appelant les États à accueillir et protéger les Afghans qui ont fui leur pays après la prise du pouvoir par les talibans. Il a demandé aussi aux nouvelles autorités afghanes d’assurer l’éducation des enfants.
 

«En ces temps troublés, où les Afghans cherchent refuge, je prie pour les plus vulnérables d’entre eux ; je prie pour que de nombreux pays accueillent et protègent ceux qui cherchent une nouvelle vie» : le Pape François, après son appel dimanche dernier, a de nouveau partagé son inquiétude pour les Afghans qui ont choisi l’exil.

Il a également partagé sa préoccupation pour «les personnes déplacées à l’intérieur du pays, afin qu’elles reçoivent l’aide et la protection dont elles ont besoin». Enfin, le Saint-Père s’est adressé indirectement aux nouvelles autorités du pays en émettant le souhait que tous les enfants puissent aller à l’école. «Que les jeunes Afghans reçoivent une éducation, bien essentiel au développement humain» a-t-il déclaré avant d’ajouter, élargissant son appel aux autres États : «que tous les Afghans, qu’ils soient chez eux, en transit ou dans les pays d’accueil, vivent dignement dans la paix et la fraternité avec leurs voisins».

L’Europe appelée à agir

Évoquant son prochain voyage à Budapest – à l’occasion de la conclusion du Congrès eucharistique international qui s’est ouvert ce dimanche dans la capitale hongroise – et en Slovaquie, le Pape a invoqué les nombreux «confesseurs héroïques de la Foi qui ont témoigné de l’Évangile en ces lieux au milieu de l’hostilité et des persécutions» pour qu’«ils aident l’Europe à témoigner, aujourd’hui encore, non seulement par des paroles mais surtout par des actes, par des œuvres de miséricorde et d’hospitalité, de la bonne nouvelle du Seigneur, qui nous aime et nous sauve».

Les pays membres de l’Union européen sont partagés sur la conduite à tenir envers les réfugiés afghans qui pourraient arriver par les mêmes routes migratoires que tant d’autres réfugiés ces dernières années. Si certains États ont accueilli ou sont en cours de recevoir des Afghans qui ont collaboré avec eux pendant ces vingt dernières années, reste la question du sort de tous ceux qui ont fui le pays après la prise de Kaboul par les talibans.

©Caritas

Accéder à l’article de Caritas International Belgique sur ce sujet publié le 1er septembre.

S’inscrire à la newsletter généraliste ou sur des sujets ciblés pour se tenir au courant, c’est ici.

Faire un don via ce lien.