Vidéo | Point 32 ou l’évidence de la solidarité au cœur de Bruxelles

Vidéo | Point 32 ou l’évidence de la solidarité au cœur de Bruxelles

Depuis 2006, Point 32, un centre d’accueil de jour pour migrants et personnes sans-abri situé au cœur de Bruxelles, est devenu une véritable bouffée d’air frais pour ceux qui cherchent un refuge. À la tête de cette initiative se trouve Pascal Dossou, le coordinateur infatigable qui veille à ce que chaque visiteur y trouve un lieu de repos et de convivialité.

Actuellement, la direction est assurée par le père Oscar Escobar, responsable de la communauté hispanophone de Notre-Dame-du-Finistère, l’église adjacente.
Le Point 32 a été créé par le père Hugo Vangeel, de la congrégation des Missionnaires du Sacré-Cœur. De retour en Belgique après 23 ans passés au Congo et 6 ans au Cameroun, il devient en 1997 le curé de l’église Saint-Roch, près de la gare du Nord.

Confronté quotidiennement à des demandeurs d’asile errant dans le quartier et soutenu par sa communauté paroissiale, il ouvre les portes de son église pour leur offrir un abri. Un événement marquant – une petite fille quémandant du pain – inspire ceux-ci à monter un service de distribution de tartines et de boissons chaudes.
Très vite, l’affluence devient telle que l’église ne suffit plus : les migrants sont rejoints par les personnes sans domicile fixe.

L’initiative est relocalisée au 32 de la chaussée d’Anvers en 2013, puis, grâce à l’abbé Franck Baert, dans la grande salle paroissiale de Notre-Dame-du-Finistère en 2015. Ce déménagement permet alors d’accueillir entre 120 et 150 personnes chaque jour.

Des bénévoles investis

Chaque jour, de 8 à12 bénévoles se rassemblent pour nettoyer, préparer et servir les repas dans ce vaste local à deux pas de la grande artère commerçante qu’est la rue Neuve. Cela commence par la récupération des invendus de deux boulangeries.

Le flot des volontaires a été impacté par le covid a provoqué. En réaction, le recrutement de nouveaux bénévoles se fait via le site « Serve the City » et via les annonces en paroisse. « Tout le monde peut être bénévole sans condition, » explique le coordinateur.

« Il suffit d’être sociable et d’aimer travailler en équipe. »

Jacques, un jeune retraité qui s’investit depuis deux ans, incarne l’esprit de Point 32.

« Je voulais me rendre utile d’une manière ou d’une autre, » dit-il. « L’accès au logement et au travail reste difficile pour beaucoup, mais ici, ils trouvent un havre de paix, le temps de récupérer ».

La présence de femmes atteste d’ailleurs de la sécurité du lieu.

« Certains bénéficiaires nous racontent leur vie avec leurs mots. C’est important. »

Une diversité de visiteurs

Chaque jour, Point 32 accueille de nouveaux visage qui côtoient aussi « nos amis de tous les jours, » comme Pascal appelle affectueusement les habitués. Le matin de notre reportage, une vaste majorité d’hommes, mais aussi quelques femmes prennent place dans la salle ; il y a aussi parfois des familles avec de jeunes enfants. Bruxelles, capitale de l’Europe, présente un triste baromètre des conflits mondiaux, avec ses vagues de réfugiés successives. La présence de ressortissants du Moyen-Orient et d’Afrique de l’Est en témoigne tristement mais l’insécurité politique autant que la misère économique et l’absence de perspectives sont aussi des facteurs d’exil. Le père Vangeel partage ses convictions : « Tant que les pays occidentaux abuseront de par leur consommation des pays d’Afrique, il y aura toujours des personnes qui viendront en Europe pour échapper à la misère. » Il appelle à une consommation responsable, pointant notamment l’extraction du cobalt congolais pour les smartphones.

Un lieu de rencontre et d’espoir porté par la générosité

Point 32 est principalement financé par l’AOP (Action des Œuvres Paroissiales), grâce à une collecte annuelle dans les églises du centre-ville. Des petits dons viennent également soutenir l’organisation, mais la recherche de nouveaux donateurs est une priorité constante pour assurer la pérennité du service.
Comme le rappelle le verset du Deutéronome 15:11, « Il y aura toujours des indigents dans le pays … Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays ». Parce que l’indifférence est impossible, Point 32 joue un rôle essentiel en offrant chaleur, nourriture et surtout, un peu de dignité à ceux qui en ont le plus besoin.

www.bapobood.be/point32

Anne Périer